Accueil » Les cités de Rimbaud » Arthur RIMBAUD

Arthur RIMBAUD

Jean Nicolas Arthur Rimbaud naît à Charleville le 20octobre 1854. Il passe son enfance dans cette ville qui compte alors moins de 10 000 habitants. Dans cette seconde moitié du XIXe siècle, elle conserve encore son allure de cité des ducs de Gonzague créée de toutes pièces en 1606, deux siècles et demi avant la naissance du poète.

buste Rimbaud, place de la gare Charleville-Mé...

buste Rimbaud, place de la gare Charleville-Mézières. (Photo credit: Wikipedia)

Les vingt premières années de Rimbaud à Charleville : De la maison où il naît, rue Napoléon, actuelle rue Bérégovoy, à la rue Bourbon où il passe les années de son enfance et jusqu’à son adolescence quai de La Madeleine, actuel quai Rimbaud, nous suivons les pas des quatre enfants Rimbaud éduqués par leur mère, Vitalie Cuif. Madame Rimbaud, originaire du petit village de Roche, à côté d’Attigny, était venue s’établir à Charleville où elle avait rencontré le capitaine Frédéric Rimbaud, qui de garnisons en campagnes militaires ne faisait que de brefs séjours à Charleville ; il n’y revint plus après la naissance de ses quatre enfants et leur jeunesse est alors marquée par l’absence du père.

Aussi les promenades du collégien Arthur Rimbaud se déroulent-elles dans une ville où le passé compte ; aux portes de Charleville, la place forte de Mézières, ville militaire, rappelle que la France a longtemps eu la Meuse pour frontière. Brillant élève de son collège Arthur Rimbaud, qui fait la gloire de son collège en y remportant nombre de premiers prix, va connaître la guerre en juillet 1870 avec son cortège de destructions, et ce tout particulièrement à Mézières. Au printemps 1871, il apprend avec enthousiasme l’établissement de la Commune à Paris ; « l’ordre est vaincu ! » affirme-t-il à Charleville. À 17 ans, il établit ses objectifs poétiques Parallèlement à cet ébranlement social, Rimbaud établit ses objectifs poétiques et deux lettres célèbres, les lettres du « voyant » adressées à Georges I zambard et à Paul Demeny en mai 1871, montrent le chemin qu’il souhaite poursuivre.

Son désir de gloire littéraire est grand et il cherche à se faire connaître dans les cercles parisiens : il étonne et convainc avec « Le Bateau-ivre » dès septembre 1871. Ses fugues, ses séjours à Paris, à Londres

ou à Bruxelles, son amitié pour Paul Verlaine marquent les années 1872-1875, années où il écrit « Une saison en enfer » et les « Illuminations ». Charleville, ses environs et le petit village de Roche ont ainsi joué un grand rôle dans la vie de Rimbaud adolescent et poète puisque c’est dans ces paysages que son oeuvre poétique a mûri. Mais, dès 1875, Rimb

aud s’éloigne déjà de la création littéraire, à 20 ans il tourne le dos à la poésie.À 21 ans, Rimbaud voyage à travers l’Europe : Se succèdent alors des voyages à travers l’Europe : en 1875, Stuttgart, Milan et Gènes ; en 1876, Vienne, la Hollande puis son engagement dans l’armée néerlandaise qui le mène à Batavia ; et, à la fin de la même année, on l’aperçoit à nouveau à Charleville. En 1877 et 1878, il reprend son périple et se rend à Chypre où il travaille quelques mois. Commence ensuite l’épopée africaine de 1880 à 1891 dura

nt laquelle il est employé dans des sociétés commerciales ; ces onze années sont ponctuées d’une abondante correspondance avec sa famille, à Charleville et à Roche. Aux yeux de ses compatriotes, Rimbaud devient alors explorateur et le monument qui lui est élevé en 1901 sur le square de la gare de Charleville célèbre autant l’explorateur que le poète. Mort à Marseille à l’âge de 37 ans le 10 novembre 1891, Rimbaud est inhumé au cimetière de Charleville où l’on peut voir sa tombe en marbre blanc.

De nos jours, la Ville de Charleville-Mézières évoque le souvenir d’Arthur Rimbaud grâce au musée installé dans le moulin du XVIIe siècle. Il présente la vie et l’oeuvre du poète grâce à des documents, manuscrits et objets personnels, il expose également les travaux de nombreux artistes qui font référence à Arthur Rimbaud montrant que, tant d’années ans après sa mort, ses écrits restent très actuels. Citons parmi ces artistes : Fernand Léger, Jean Cocteau, Pablo Picasso, Alberto Giacometti, Sonia Delaunay, Ernest Pignon-Ernest, ou encore Robert Mapplethorpe et Patti Smith.

Par ailleurs, de nombreux ouvrages et documents sont conservés à la médiathèque « Voyelles » qui réunit éditions et documents originaux ou écrits suscités par l’oeuvre du poète. Depuis 2004, la maison Rimbaud ou
« Maison des Ailleurs » est ouverte au public. Elle présente l’itinéraire du poète à travers une évocation visuelle et sonore. Une résidence d’écrivain y est également installée et contribue à faire vivre la poésie à Charleville-Mézières.

Français : Autoportrait d’Arthur Rimbaud, réal...

Autoportrait d’Arthur Rimbaud, réalisé à Harar. Lettre adressée à sa famille le 6 mai 1883. (Photo credit: Wikipedia)

En ville, les « bornes

» du parcours Rimbaud font écho aux lieux parcourus par le jeune poète.

Texte : Ville de Charleville Mézières, d’après une plaquette sur Arthur RIMBAUD


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :